Accueil > Qualité de la ville et développement durable > Découvrez votre futur centre ville

Découvrez votre futur centre ville

Les travaux de la ZAC du centre ville ont démarré en septembre 2012. Sur les trois îlots de ce périmètre, des constructions et aménagements vont être construits dans les mois à venir, permettant ainsi à votre nouveau centre ville de voir le jour. Afin de vous présenter les différents projets, l'espace d'exposition "Coeur de ville" a ouvert ses portes en février 2013, pour une durée de 18 mois environ. Vous pouvez y découvrir les hommes, les métiers, les techniques et les talents qui contribuent à la réalisation d'un chantier de la dimension du centre ville de Chaville.

De nouvelles dénominations et une nouvelle numérotation pour les espaces publics

Dans le cadre de la rénovation du centre ville, de nouveaux espaces publics et de nouvelles voies ont été créés. Leurs dénominations ont été choisies de manière à se repérer facilement, dans cet espace clairement identifié, et à former une unité. Dans le même temps, les trois secteurs de la ZAC du centre ville font l'objet d'une nouvelle numérotation.

Cliquez ici pour plus d'infos

Cliquez sur le plan pour le visionner en grand format

 

 



"Chaville : promenade en 3D"


Maquette 3D

Afin de vous permettre de mieux "visiter" le projet dans son ensemble, la Ville de Chaville, en collaboration avec les architectes, les constructeurs et la Société Publique Locale Seine Ouest Aménagement, a fait réaliser une maquette en 3D.
Grâce à l'application "Chaville : promenade en 3D", vous pouvez faire apparaître le projet en trois dimensions sur votre smartphone ou votre tablette, et vous déplacer au cœur du nouveau centre ville.


Télécharger gratuitement l'application via Apple Store ou Google Play
Mode d'emploi : Comment utiliser l'application ?
Télécharger le plan-masse (à imprimer en couleur, en format A4 ou A3)


La parole est aux architectes

Lancé en juin 2010 par la Société publique locale, Seine Ouest Habitat, aménageur de la ZAC communautaire, l’appel d’offres pour l’attribution des droits à construire sur la ZAC du centre ville a suscité un grand nombre de candidatures.
Au total, 13 sociétés ont répondu sur tout ou partie des trois îlots. Après une période de questions-réponses, qui a permis de mieux comprendre les projets et de les rendre conforme aux recommandations de la Ville, la commission d’évaluation s’est réunie en février dernier sous la présidence de Jean-Jacques Guillet, député-maire de Chaville, et a procédé à une première sélection. Ce sont finalement trois équipes différentes qui ont été retenues.
Il s’agit de l’architecte Anthony Béchu avec Bouygues Immobilier pour le projet de l’Îlot des Coteaux, de Nada et Marc Breitman avec les Nouveaux Constructeurs pour l’Îlot Paul Bert et de Gilles Engelmann et Akerys pour l’Îlot de la rue de la Bataille de Stalingrad.

Lire la plaquette de présentation du nouveau centre ville

Une réflexion axée sur la question de la centralité

Architecte en chef du projet, André Roth fut l’architecte du collège Jean Moulin. Il est en quelque sorte la mémoire. “J’ai été nommé en 2006, au début des études, donc il y a eu des réflexions du Conseil municipal, majorité et opposition confondues. On a fait un premier dossier de ZAC, puis j’ai vécu un changement de municipalité qui a complètement  réorienté le projet en gardant toutefois les aspects positifs.
L’ensemble de ces études et de ces évolutions ont abouti à la définition d’un projet cadre qu’il fallait caler sur le terrain.”
La responsabilité de l’architecte en chef est essentiellement le plan masse. “Ce qui nous a beaucoup motivé, rappelle André Roth, c’était la question de la centralité. Comment créer un centre dans une ville qui n’en a pas? Chaville a été un peu malmenée par l’histoire: l’ancienne église et le château ont disparu; dans les années 1970, l’urbanisation a complètement fait disparaître la partie historique de la ville: blanchisserie, activités industrielles, artisanat…
Ce qui est essentiel pour tout le monde, c’est de retrouver des commerces dans le centre ville, des commerces de proximité en pied d’immeuble, autour d’une place qui soit la place du village.”

"Créer une vraie place principale avec un marché couvert"

Pour Nada et Marc Breitman, en charge de l’îlot Paul Bert, “Chaville est une ville linéaire qui manque d’une grande place publique en face de la mairie. C’est donc, pour nous, une occasion unique en Île-de-France de créer une vraie place principale de la ville.”
Au coeur de ce quartier, le bâtiment central est un marché couvert de 350 m², largement ouvert sur l’extérieur et surmonté de deux étages de bureaux. L’idée est de traiter l’ensemble des bâtiments en une série de petits édifices différents. “Chaque édifice est composé de manière classique. Les commerces en rez-de-chaussée rappellent les commerces d’avant avec des façades en bois et des moulures.” Pour Marc Breitman, “une fois qu’il sera achevé, il faut que l’on puisse imaginer que ce centre ville a toujours existé.”

Faire descendre la forêt vers le centre ville

En charge de l’îlot des Coteaux, l’ambition d’Anthony Béchu est de “faire descendre la forêt vers le centre ville”. Le projet présenté par Anthony Béchu se présente sous la forme d’un jardin suspendu, “à la manière de la Piazza di Roma”, qui relie l’histoire du centre ville à l’histoire de la forêt, partie intégrante de la Ville de Chaville.
L’architecte a également fait le choix de conserver sur le coteau la Maison Blanche, “pour faire un lien entre le présent et le passé”.
Le style architectural des bâtiments s’intègre dans l’environnement. Pour Anthony Béchu, “depuis des millénaires, l’homme construit pour se protéger de la nature. Aujourd’hui, il doit construire pour la protéger.
L’environnement prend possession de l’espace public avec tout ce que cela comporte: respect des arbres, terre-plein, matériaux, économie urbaine, éléments à basse consommation.”
Le style des bâtiments est de facture contemporaine. “Nous avons essayé de trouver des éléments et des dessins d’architecture modeste, reprenant les critères locaux.”
Anthony Béchu propose également de réaliser des “appartements générationnels” où les grands-parents pourront aller chez leurs enfants par une simple porte. Au moment d’Internet, il est très important de créer des lieux d’échanges directs.”

"Impulser une vraie mixité"

Même préoccupation d’échanges et de mixité pour Gilles Engelmann, en charge de l’Îlot de la rue de la Bataille de Stalingrad. “Nous avons la responsabilité d’un programmemixte, 50 % social, 50 % en accessibilité. Nous avons souhaité une réelle mixité, une imbrication des différents programmes.”
L’ensemble du programme présenté par Gilles Engelman s’étend le long de la rue de la Bataille de Stalingrad. “Vers l’école, le bâtiment répond à la verticalité du groupe scolaire et de l’église; ensuite, nous avons une “décompression” avec des maisons individuelles, des petits jardins et des jeux de couleurs qui viendront donner un côté ludique à l’ensemble; puis à nouveau, un petit bâtiment collectif du côté de la rue Anatole France. Le programme comportera également des commerces en pied d’immeuble et un centre de loisirs maternel.
En terme de style, nous avons voulu redévelopper le vocabulaire classique si caractéristique de l’Ouest parisien, en utilisant la meulière, le bois… auxquels il faut, bien entendu, ajouter beaucoup de technologies, entre autres pour l’isolation thermique. Le programme se veut très économique en matière énergétique".

Le nouveau bâtiment municipal d'activités culturelles et de loisirs, véritable support d'animation et de créativité

Le nouveau bâtiment municipal d'activités culturelles et de loisirs occupera une superficie totale de 2 091 m². Mariage de bois, de béton et de verre, le bâtiment se structure autour d'un patio planté sur quatre strates comprenant un sous-sol abritant les salles de musique et les locaux techniques, un hall d'entrée ouvert sur l'espace public, avec le café concert et les accès à la Salle de Musique Actuelle (SMAC), un espace entièrement dédié à l'administration, des espaces réservés aux adhérents (l'accueil, la ludothèque avec une grande terrasse végétalisée donnant sur le patio et des salles réservées aux activités du bâtiment municipal d'activités culturelles et de loisirs).
Le bâtiment municipal d'activités culturelles et de loisirs sera un bâtiment basse consommation parfaitement isolé, tant sur le plan thermique que sur le plan acoustique.
"Tout tourne autour du patio ; on a voulu avoir un hall ouvert sur l'ensemble des espaces et créer un bâtiment marquant qui soit un véritable signal pour les jeunes et pour tous les Chavillois", expliquent les architectes du projet, Ilham Laraqui et Marc Bringer.

"Retrouver la mémoire du cours d'eau qui traversait la ville"

L’ensemble de ces projets s’insère dans un paysage urbain pensé et maîtrisé. Jean-François Provost, architecte paysagiste, précise: “Notre rôle est de concevoir les espaces publics sur la base du planmasse qui a été réalisé par André Roth. Nous donnons des indications sur le type de traitement que l’on va faire sur les espaces publics, l’éclairage public, le système de collecte des ordures ménagères, les dispositions en termes de stationnement, tout ce qui concourt à la vie du quartier.”
Pour Ingrid Saumur, paysagiste, “Il y a une mixité très importante à Chaville en termes d’architecture, de population, de vues, de paysages et des différentes ouvertures vers la forêt. La rue de la Bataille de Stalingrad est le siège du ru qui traversait le centre ville. Nous avons essayé de retrouver la mémoire de ce cours d’eau avec une présence de végétal très importante et une présence de l’eau à différents points des espaces publics.” 


Rendez-vous
Ville Fleurie Ville ludique & sportive 2013 Grand Paris Seine Ouest (GPSO) Conseil général des Hauts-de-Seine Service Public Atrium de chaville Forum des savoirs Médiathèque MJC de la Vallée